Fermer

Association francophone d’histoire de la construction

Assemblée générale, 22 juin 2017

Ecole nationale supérieure d’architecture de Nantes, Auditorium, à l’occasion de la tenue du 3e Congrès francophone d’histoire de la construction, 13h30

Présents [30] : Naima Abderrahim-Mahindad, Antonio Becchi, Philippe Bernardi, Inge Bertels, Robert Carvais, Samia Chergui, Olivier de Chalus, Hélène Dessales, Rika Devos, Leda Dimitriadi, Bernard Espion, François Fleury, Béatrice Gaillard, Fouad Ghomari, Laura Girard, Houdeifa Gouasmia, Alberto Grimoldi, André Guillerme, Laurent Koetz, Olivier Lavigne, Tiffanie Le Dantec, Léonore Losserand, Nicolas Moucheront, Valérie Nègre, Gilbert Richaud, Cécile Sabathier, Etien Santiago, Stéphanie Van de Voorde, Sandrine Victor, Christiane Weber.

Excusés [2] : Benjamin Egasse, Emmanuelle Gallo, Virginie Mathé.

Ordre du jour :

1/- Etat du site (présentation du nouveau site) et adhésions

2/- Etat financier

3/- Edition de « l’Histoire de la construction. Le méridien européen »

4/- Ædificare. Revue internationale d’histoire de la construction, N°1 à paraître

5/- Questions diverses

Robert Carvais ouvre la séance en rappelant, en premier lieu, l’ordre du jour (ci-dessus) regrettant le peu de personnes présentes. Il précise que la réunion n’a pu être programmée à un autre moment que celui du déjeuner et remercie les participants qui ont choisi de sacrifier ce temps de pause

1/- Etat du site et adhésions

Robert Carvais présente d’abord l’état des adhésions : 119 adhérents. L’augmentation est liée à la demande qui a été faite aux participants du Congrès de s’inscrire dans la mesure où l’Association est à l’origine de ces congrès et participe au financement de la publication. Il sera fait un rappel pour les participants au Congrès, qui à ce jour ne sont pas encore inscrits, afin de valider la publication de leur article dans les actes.

Robert Carvais fait aussi remarquer que certains membres du Conseil d’administration n’ont pas renouvelé leur adhésion. Est-ce un oubli (malgré les trois rappels) ou un désintérêt ?

Robert Carvais présente ensuite le nouveau site de l’association en commençant par le logo et la charte graphique établis par Jean-Marc Dumont. Le site a été repris et modifié par Stefanos Athanassopoulos de chez Limbus Studio. Cela a pris un peu plus de temps que prévu en raison de l’impossibilité  de la personne envisagée à l’origine pour la reprise du site. Le résultat répond aux clauses du cahier des charges établi.

La forme a changé, le site est désormais plus dynamique. L’outil recherche est plus visible. Le changement le plus marquant est sans doute le nouvel « Espace doctorants » qui a été créé répondant aux volontés exprimées par les adhérents en général. Cet espace devrait être animé entièrement par les doctorants dont nous attendons les propositions.

2/- Etat financier (au jour de l’AG)

L’Association possède quatre « comptes ».

  • Paypal sur lequel arrivent les montants des adhésions et qui est régulièrement vidé sur le compte courant de la Caisse d’Epargne : 666,44 €
  • Compte de dépôt professionnel (ou compte courant) : 2575,72 €
  • Livret A  (qui rapporte des intérêts) : 37 250,28 €
  • Compte CSL Associatis Caisse d’Epargne : 38,94 €

A/- Crédits

– Les cotisations : environ 2 300 €, somme qui a été reversée de Paypal sur le compte courant sur les 6 premiers mois de l’année. Précisons que la société Paypal se paye en prélevant 1,27 € sur une cotisation de 30 € et 0,76 € sur une cotisation étudiante de 15 €.

– Subventions du BRAUP : 2 000 € obtenus comme soutien à la revue dont il sera parlé plus loin.

B/- Débits

Les dépenses ont principalement concernées celles liées au site (logo, solde : 1925 € ; OVH : 142,66 €)

Robert Carvais signale que la Caisse d’Epargne prélève mensuellement 15 € de frais de gestion sur le compte.

Il est à prévoir de régler l’installation du nouveau site, les traductions qui ont été nécessaires pour la revue (soit 581,23 € pour le N° 1) et le versement de 1000 € à l’éditeur pour la revue au titre de soutien éditorial du Ministère de la Culture.

3/- Rapport sur l’histoire de la construction (ou Le Méridien européen)

Le rapport mis d’abord en ligne a été retiré et est en cours de publication chez l’éditeur Classiques Garnier par Antonio Becchi et Robert Carvais.

4/- Création de la revue Ædificare

Le premier numéro est achevé et en cours d’édition. Robert Carvais rappelle qu’il s’agit d’une revue multilingue avec résumé long en anglais et résumé court en français. Elle paraîtra sous forme papier et sous forme numérique, à raison e deux numéros par an. Les abonnements donneront droit aux deux versions.

Un des points importants est le prix de la revue. L’association souhaitait avoir un prix faible pour les étudiants. Elle a obtenu de l’éditeur 15 € d’abonnements pour deux numéros.

– Pour les étudiants, le tarif sera de 15 €. Il y aura donc 15€  d’adhésion à l’Association et 15€ d’abonnement à la revue, soit un total de 30 €.

– Pour les particuliers, l’abonnement sera de 49 € pour la France et 56 € pour l’étranger. Pour les adhérents français, le tarif sera de 35 € en France ou à l’étranger, ce qui fera avec l’adhésion de 30 €, 65 €. L’association a décidé de prendre à sa charge pour les adhérents le coût de l’envoi, voire un peu plus pour l’étranger.

Discussion générale

 Bernard Espion demande des précisions sur le format et la possibilité d’avoir des illustrations en couleur.

Robert Carvais précise que les illustrations peuvent être en couleur, mais de manière exceptionnelle. Bernard Espion demande s’il pourrait être possible d’avoir la couleur dans la version numérique. Robert Carvais, après s’être renseigné auprès de l’éditeur depuis l’AG, répond que la version numérique sera en couleur.

Fouad Ghomari demande si le comité de lecture est établi.

Il lui est répondu qu’un comité scientifique a été établi ainsi qu’une comité de lecture d’une soixantaine de personnalités couvrant aussi bien les axes thématiques du champ, les périodes et les langues, mais que le comité éditorial fera appel le cas échéant à des personnalités extérieures. Fouad Ghomari pense qu’il faudrait créer un relais en Afrique de manière à ce que la revue soit diffusée. L’Agence universitaire de la francophonie (AUF) pourrait être un de ces relais.

Fouad Ghomari s’interroge également sur le logo retenu. Sa couleur le dérange ainsi que sa forme massive.

Olivier de Châlus s’interroge sur la manière de faire connaître la revue dans le monde de la construction contemporain où il estime qu’il y a de fortes potentialités. Robert Carvais pense que ce serait une bonne initiative à mettre en place. A ce titre, Philippe Bernardi propose à des spécialistes du monde contemporain (constructeurs, historiens) de réagir sur un numéro (introduction)

Sandrine Victor propose de constituer des numéros thématiques sur les entreprises.

André Guillerme demande quel est le tirage de la revue. Elle est tirée à 400 exemplaires.

André Guillerme note que le bureau ne s’est pas réuni cette année. Il demande à ce qu’il le soit.