Fermer

Séminaire « Construire, restaurer, détruire. Les chantiers du XVIIIe au XXe siècle 

 

Circulation des expertises dans le domaine extra-européen

 

À partir du XIXe siècle, l’ère des expansions coloniale et impériale a vu la diffusion de formes nouvelles d’idéal patrimonial à travers les continents africain et asiatique. Caractérisée par une matrice commune d’usage politique du passé, cette internationalisation  a pris des physionomies variées selon les temporalités et les géographies impériales considérées et selon les personnalités impliquées. Dans tous les cas de figure, la question patrimoniale a fait émerger autour de l’activité de restauration des institutions spécialisées, un champ d’expertise, des corps de spécialistes, mais aussi des circulations d’idées et de professionnels d’un point du globe à l’autre.

Centrée sur l’activité de restauration, la journée se propose de revenir sur les débats, discussions ou controverses générés par la pratique effective de la restauration, à partir de chantiers phares et arènes spécialisées où ces questions étaient commentées.

En partenariat avec le laboratoire TRAME (EA 4284), université de Picardie Jules Verne.

Le séminaire est rattaché au programme de recherche « Nouveau dictionnaire raisonné de l’architecture française », chef de projet : Julien Noblet, sous la direction de Pauline Chevalier (domaine Histoire des disciplines et des techniques artistiques).

Intervenants

  • Dina Bakhoum (université américaine du Caire, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Can Bilsel (université de San Diego)
  • Ezio Godoli (université de Florence)
  • Mohammed Hadjiat (université de Strasbourg)
  • Aurélie Petiot (université Paris Nanterre)
  • Mercedes Volait (InVisu, INHA/CNRS)

Modération : Claudine Piaton (InVisu, INHA/CNRS)

À propos du séminaire

La restauration, au XIXe siècle, s’inscrit dans un Long Moyen Âge achevé avec les cathédrales de Clermont, de Moulins ou de Cologne. A cet égard, les pratiques restauratrices s’inscrivent à leur tour dans le temps long de la transmission. Cependant, d’autres techniques émergent simultanément soumettant les monuments à l’expérimentation de nouvelles technologies.

Ce séminaire propose d’élargir nos connaissances sur leur réception et leur reproduction, ainsi que sur la question générale des restaurations en s’intéressant aux nombreux travaux réalisés tant en contexte civil que religieux. Grâce aux nombreux chantiers qu’il a surveillés et conduits dans la seconde moitié du XIXe siècle, E. E. Viollet-le-Duc a pu développer une réflexion sur l’histoire de l’architecture du Moyen Age en France et écrire son Dictionnaire. Ce séminaire propose d’approfondir la réflexion sur les restaurations pour une période couvrant une aire chronologique large, précédant et dépassant la période d’activité d’E. E. Viollet-le-Duc.

Informations pratiques

28 septembre – 9H30-17H30

Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari
Institut national d’histoire de l’art
6, rue des Petits-Champs ou 2, rue Vivienne
75002 Paris

Entrée libre