Fermer

Construire, Restaurer, Détruire – Les chantiers du XVIIIe au XXe siècle Les technologies modernes dans les  chantiers de restauration du début du XIXe siècle à 1920 : sources, pratiques et théories dans l’environnement européen

 

8 JUIN 2018
Institut national d’histoire de l’art

Galerie Colbert, salle Giorgio Vasari

Horaires : 9H 30 – 17H

Les technologies modernes dans les chantiers de restauration du début du XIXe siècle à 1920 : sources, pratiques et théories dans l’environnement européen

 

La Révolution industrielle du XIXe siècle a affecté la conduite des chantiers de restauration des monuments historiques, pour le choix des matériaux et procédés destinés à renforcer la pierre, et dans la recherche de substituts à des matériaux traditionnels. Cette séance s’attachera aux moments significatifs qui traduisent l’introduction des technologies modernes dans les chantiers, en mettant l’accent sur ses sources et les acteurs de la transmission. De plus, des avancées ont connu une obsolescence rapide, aboutissant à un nouveau regard sur la science moderne.

En parallèle se développait une réflexion sur la densité à donner aux restaurations. Entre les idées d’E.E. Viollet-le-Duc, la théorie anglaise, représentée par les idées de J. Ruskin, reprises par W. Morris, et le point de vue italien de C. Boito, la séance visera à mieux identifier creusets des théories et migration des idées.

En partenariat avec le Laboratoire TRAME (EA 4284), Université de Picardie Jules Verne

Comité scientifique
Fabienne Chevallier (musée d’Orsay), Guy Lambert (ENSA Paris-Belleville), Jean-François Luneau (université Clermont Auvergne), Julien Noblet (INHA), Émilie d’Orgeix (université Bordeaux-Montaigne), Bruno Phalip  université Clermont Auvergne), Arnaud Timbert (université de Picardie Jules Verne), Mercedes Volait  Laboratoire InVisu, CNRS/INHA)

Programme :

 

09h30 : Accueil des participants

Introduction : Arnaud Timbert (université de Picardie)

Matinée : 9H45 – 12H30 : Modération : Bruno Phalip (université Clermont Auvergne)

09h45 : Fabienne Chevallier (musée d’Orsay), La marche du long XIXe siècle vers la théorisation de la restauration : balbutiements, systématisations, résistances

10h15 : Jean-François Luneau (université Clermont Auvergne) : Aspects internationaux des restaurations : la réception française des expériences européennes

10h45 : Questions et discussion

11h00 : Pause

11h15 : Bérénice Gaussuin (doctorante, laboratoire Infrastructure Architecture Territoire de l’ENSAPM) :
Restauration/Création. Transferts d’innovations entre approches du projet d’architecture au XIXe siècle

11h45 : Monica Naretto (École polytechnique de Turin), Le passage aux technologies modernes dans les chantiers de restauration des monuments du Moyen Âge entre XIXe et XXe siècle en Italie. Paradigme  d’intervention et des textes doctrinaux

12h15 : Questions et discussion

Après-midi : 14H – 17H : Modération : Bruno Phalip (université Clermont Auvergne)

14h00 : Maïwenn Bourdic (Archives nationales), Les sources de l’histoire des chantiers de restauration des édifices, diocésains aux Archives nationales

14h30 : Antoine Baudry (doctorant, université de Liège) : L’emploi du fer dans la restauration des monuments historiques, en province de Liège au XIXe, siècle

15h00 : Questions et discussion

15h15 : Pause

15h30 : Chiara Devoti (École polytechnique de Turin) : Découverte et invention de l’architecture « lombarde » : études, nouvelles recherches et solutions traditionnelles, pour la restauration des « monuments » du Moyen Âge

16h00 : Questions et discussion

16h15 : Conclusions par Fabienne Chevallier et Bruno Phalip