Fermer

Soutenance de la thèse de Frédéric Métin, préparée à l’université de Nantes et à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne sous la direction d’Évelyne Barbin et de Bruno Belhoste, et intitulée :

La fortification géométrique de Jean Errard et l’école française de fortification (1550-1650)

La soutenance aura lieu le mardi 6 décembre 2016 à 14h à l’université de Nantes, UFR Sciences et Techniques, Amphithéâtre Pasteur (cf. le repère P du bâtiment 2 sur le plan joint).

Vous êtes également cordialement invité(e)s au pot qui suivra la soutenance. Pour des questions d’organisation, merci de bien vouloir confirmer votre présence par courriel (frederic.metin01@u-bourgogne.fr).

Composition du jury :

Évelyne BARBIN, Professeur à l’université de Nantes, directrice

Bruno BELHOSTE, Professeur à l’université de Paris-I Panthéon-Sorbonne, co-directeur

Pascal BRIOIST, Professeur à l’Université François-Rabelais de Tours, rapporteur

Charles VAN DEN HEUVEL, Professeur à l’université d’Amsterdam, rapporteur

Dominique TOURNÈS, Professeur à l’université de la Réunion, examinateur

Klaus VOLKERT, Professeur à l’université de Wuppertal, examinateur.

 Résumé

     Au début du xvie siècle, une nouvelle manière de fortifier est inventée en Italie, afin de protéger les villes de la puissance des canons. Le protestant lorrain Jean Errard (1554-1610), formé à cette manière italienne, devient le principal ingénieur militaire d’Henri iv, qui le charge de rédiger un ouvrage de synthèse sur ce sujet. Errard a déjà publié une Géométrie pratique, ainsi qu’une édition des Éléments d’Euclide, et son intervention en 1594 dans la controverse sur la quadrature du cercle proposée par Scaliger met en lumière sa qualité de mathématicien reconnu par ses pairs. Sa Fortification reduicte en art et demonstrée, qui paraît en 1600, est le premier ouvrage français qui présente l’architecture militaire bastionnée en établissant ses principes sur une analyse des forces en présence et en s’appuyant sur la géométrie euclidienne pour justifier l’adéquation des tracés aux contraintes. Nous présentons le contexte de la formation d’Errard dans la seconde moitié du xvie siècle, et nous décrivons son parcours d’ingénieur militaire et d’auteur d’ouvrages, en nous efforçant de préciser sa biographie. Notre analyse de sa Fortification met en évidence une méthode que nous qualifions de fortification géométrique. Nous cherchons ensuite à estimer la réception de l’ouvrage dans le milieu des ingénieurs et dans l’enseignement en France, d’une part par les maîtres privés, et d’autre part, par les professeurs des collèges jésuites. Nous dressons un état des écrits français de la première moitié du xviie siècle, pour montrer comment s’édifie, à partir de l’œuvre d’Errard, ce que nous pouvons nommer une école française de fortification