Fermer

Le pont de l’Iroise – Hommage à la rade de Brest

Françoise Sioc’Han, Stéphane Sire

Paris, Presses des Ponts

 

La beauté de la rade de Brest est reconnue. Elle est magnifiée par des ouvrages d’art hors du commun.

Dans un même site, des records, deux ponts historiques : Albert Louppe construit entre 1924 et 1930, celui de l’Iroise inauguré en 1994, et sur terre, le profil « en crabe » d’Océanopolis, centre de culture scientifique ouvert en 1990. Deux records : Albert Louppe conçu par Eugène Freyssinet, ingénieur célèbre ; l’Iroise, édifié par des équipes de bâtisseurs passionnées, la Direction Départementale de l’Équipement du Finistère et le groupement d’entreprises Razel, Demathieu et Bard, Pico.

Sur 800 mètres de long, une grande portée de 400 mètres, suspendu par une nappe axiale de haubans, le pont de l’Iroise s’inscrit dans l’histoire mondiale des ponts à haubans. Il est l’un des plus beaux du réseau routier national. Son architecture, son élégance et son insertion dans un site classé lui ont valu l’attribution du prix national des Rubans d’or en 1995.

Construit dans un environnement à fortes contraintes comme le vent et la salinité, l’ouvrage est aussi sous l’influence de vents turbulents générés par son voisin. Il est hors du commun tant par ses caractéristiques que sa technologie et les matériaux employés.

Le livre décrit les technologies innovantes mises en œuvre par étapes de la conception du pont à sa mise en service. Une place importante est réservée à son comportement structural au fil du temps, à sa maintenance prédictive ainsi qu’à sa préservation.

Abondamment illustrée par des documents et des témoignages, cette publication est due à l’initiative de l’association « Constructeurs et Amis du pont de l’Iroise ».

Sommaire :

Préface par Christian Leyrit

Avant-propos Pierre Maille

1. Un site, deux ouvrages d’art de portée historique

D’une rive à l’autre

Un pont : se projeter, se mirer et penser l’autre

2. La genèse du projet de pont sur l’Élorn

Une subdivision pour un pont

Momentanément avec talent

3. Une construction sous le signe de l’audace et de l’innovation

Une ligne, un consensus

La construction du pont

Le patrimoine des ouvrages d’art

4. L’Iroise, un trait d’union sur un territoire

De la projection à l’inauguration

Un pont plusieurs inaugurations

Avoir 20 ans ou avoir osé l’Elorn

Evolution urbaine et transformation économique

5. Du pont Albert Louppe au pont de l’Iroise

Un même esprit de hardiesse et de progrès

Les auteurs :

Françoise Sioc’han : ingénieur d’études histoire de l’architecture, du génie civil et génie côtier

Stéphane Sire, : Enseignant chercheur (MCf HDR), Université de Bretagne Occidentale