Fermer

Par Joëlle Petit
Thèse de doctorat en histoire des techniques, soutenue le 19 mars 2014 au Cnam.
Sous la direction d’André Guillerme, professeur au Cnam
Jury : Mr Jean-François Belhoste, Directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études, Mr Robert Halleux, Professeur à l’Université de Liège, Mme Laurence LESTEL, Université Pierre et Marie Curie, Mme Valérie NÈGRE, Professeur à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette

 

Résumé : Le XIXe siècle voit la marbrerie se mécaniser et le transfert des techniques se réaliser dans ces métiers grâce aux expositions nationales des produits de l’industrie et aux expositions universelles. L’objectif de cette thèse est de montrer par l’étude de deux registres d’archives originaux et inédits que les réseaux commerciaux mis en place au XVIIIe siècle par une famille de marbriers de Rance, en Hainaut belge, perdurent au XIXe siècle à travers une production marbrière spécialisée dans la cheminée monumentale, qui s’est développée grâce à l’évolution des techniques et des transports. Nous proposons également une ébauche de dictionnaire prosopographique des marbriers relevés dans les rapports des expositions nationales et universelles, ainsi que des hommes clé ayant fait évoluer les techniques dans la marbrerie du XIXe siècle.