Fermer

Architecture et construction en terre crue.
Approches historiques, sociologiques, économiques
5èmes Échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue
Table-ronde internationale
Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier
Montpellier (Hérault)
23-24 octobre 2019

APPEL À COMMUNICATIONS

Les cinquièmes Échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue se tiendront à Montpellier en octobre 2019. Ils feront suite à quatre rencontres (2001, 2005, 2008, 2016) ayant abordé les techniques majeures de mise en oeuvre du matériau terre dans la construction des édifices – pisé, bauge, brique crue, torchis -, les procédés de finition ainsi que la fabrication des objets et éléments de mobilier.
Cette série de colloques et tables-rondes a pour objectif de susciter des échanges entre chercheurs aux compétences et approches complémentaires, en décloisonnant les spécialités entre archéologues, historiens, architectes, constructeurs, restaurateurs, ethnologues, spécialistes des textes, spécialistes de l’analyse des matériaux, etc.
Contrairement aux manifestations antérieures, les aspects techniques et lexicaux ne seront pas traités durant le colloque européen de 2019 qui sera exclusivement consacré aux approches sociales, économiques et historiques des architectures de terre et du fait de construire avec ce matériau. En effet, après avoir largement exploré les côtés matériels en vue de répondre à des questions archéologiques – essentiellement d’ordre technique – par la confrontation des vestiges avec des réalités et des connaissances issues du patrimoine conservé, et après avoir exposé les multiples facettes des patrimoines en terre de France et d’autres pays, la nécessité d’envisager ces architectures, archéologiques ou patrimoniales, sous d’autres angles s’est
imposée.

Ainsi, la 5ème édition s’articulera autour de deux thèmes largement ouverts :
– thème 1 : socio-économie de l’habitat en terre ;
– thème 2 : évolution historique.
À titre non limitatif, le comité scientifique suggère quelques sujets et problématiques pouvant être développés :
– études de type géographique portant sur la répartition d’édifices en terre au sein d’une aire (et ceci quelle que soit son échelle), leur rapport avec des bâtiments construits en d’autres matériaux ou avec des bâtiments en terre relevant de techniques distinctes, …;
– études de type historique portant sur l’évolution des architectures en terre ou de techniques particulières, les mécanismes intervenant dans la transmission, l’adoption d’une technique ou le développement d’une culture constructive, également à des échelles variables, … ;
– la question de la terre (matériau ou architecture) comme enjeu visuel : assume-t-elle des fonctions d’identification ou de marqueur (social, culturel, géographique, …) ou au contraire choisit-on de la soustraire à la vue ;
– place du matériau terre dans les traités de construction ; textes juridiques relatifs à la réglementation et la protection des architectures de terre, devis et contrats de construction, rapports d’expertise, accidents liés à la construction, vulnérabilité des édifices en terre …. ;
– statut socio-économique des commanditaires et/ou occupants de maisons en terre ; – statut, origine, spécialisation, rémunération des bâtisseurs en terre ; production, commercialisation de matériaux de série, … ;
– analyse de documents anciens tels que récits de voyages, oeuvres graphiques, articles de presse, …

Ne sont pas abordées des dynamiques actuelles (valorisation, conservation, stratégies locales, expérimentation et innovation, …) liées à la promotion de ce matériau.

Périodes concernées : toutes depuis la Préhistoire récente.

Aire géographique : pays européens et méditerranéens.

Les présentations se répartiront entre :
– communications de synthèse (25’)
– courtes présentations centrées sur des études de cas (15’)
– posters présentés oralement au cours d’une session spécifique (5’)

Soumission des propositions : les propositions de communications ou posters devront parvenir au comité scientifique avant le 15 décembre 2018. Avis du comité scientifique : le comité se réunira en janvier 2019 et répondra rapidement aux auteurs des propositions.

Comité de pilotage et d’organisation
Claire-Anne de Chazelles (Cnrs, Umr 5140-ASM) Emilie Leal (Inrap)
Alain Klein (atelier d’architecture Architerre)
Alain Derey (Ensam)
Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, Cnrs

Comité scientifique
Claire-Anne de Chazelles, Cnrs, Montpellier
Emilie Leal, Inrap, Nîmes
Alain Klein, Architerre, Poucharramet
Aymat Catafau, Université, Perpignan Via Domitia ; CRESEM
Hubert Guillaud, Professeur honoraire ex-directeur scientifique de l’unité de recherche AE&CCLaboratoire
CRAterre-ENSAG
Bastien Lefèbvre, Université Jean-Jaurès, Toulouse ; TRACES
Hélène Mousset , Ministère de la Culture, Limoges
Bérengère Perello, Cnrs Umr 5133-Archéorient, Lyon

Formulaire d’inscription