Fermer

Présentation du chantier de recherches

 

Le document, inédit, que nous désignons comme la Controverse de Bédoin se compose d’un Mémoire de 18 articles rédigé par un architecte et entrepreneur avignonnais, Pierre Thibault, en 1732 et de la réponse qu’y apporta, la même année, l’ingénieur du roi Antoine d’Allemand.

Le mémoire fut rédigé afin de justifier la volonté de Pierre Thibault de ne pas voûter l’église de Bédoin, dont il assurait la construction, suivant le devis qu’en avaient dressé, en 1708, le chevalier Mignard et son propre père, Pierre Thibault dit Lapierre. Il fait suite aux nombreuses transactions, plaintes et procès qui animèrent au début du XVIIIe siècle le chantier de ce monument.

Les arguments avancés par les deux parties à l’occasion de cette controverse, reflètent, au-delà des positions affrontées de l’entrepreneur et de la communauté commanditaire, deux manières différentes d’envisager la construction : l’une basée sur la pratique ou l’expérience, l’autre se référent plus volontiers au calcul et à la science. En cela, la Controverse de Bédoin n’est pas sans rappeler d’autres débats qui, depuis le Moyen Âge, ont animés l’histoire de l’architecture. À travers les multiples références faites aux travaux de Bélidor, Savot, Vitruve et bien d’autres, c’est également toute une culture théorique de l’architecture qui se donne à voir ; une culture dont l’influence sur des réalisations du type de l’église de Bédoin demeure encore largement à apprécier.

Église de Bédouin, vue du comble

Église de Bédouin, vue du comble

Les diverses qualités de ce document nous ont engagés à ouvrir, dans le cadre de notre séminaire sur l’Histoire de la construction, un chantier expérimental autour du texte de la Controverse. Nous souhaitons, en effet, proposer avec l’aide des participants au séminaire, un ensemble de regards croisés aussi large que possible sur cette Controverse ; ne négligeant, a priori, aucun des angles d’approche possibles du texte.

Dans la perspective de l’établissement d’une édition critique collective, nous avons choisi de procéder, à la fin de chaque séminaire, à la lecture du mémoire et des réponses correspondantes (à raison de 4 articles par séance), proposant ainsi la lettre de la Controverse à la critique et aux commentaires d’un public varié.

Parallèlement, une série de thèmes ou d’approches, proposés par les participants ou les organisateurs du séminaire, sont définis et pris en charge par diverses personnes. Ces travaux seront en partie nourris par les recherches entreprises pour documenter le chantier de l’église de Bédoin ; enquête qui a à ce jour permis de réunir une centaine de pièces d’archives contemporaines de la Controverse (voir l’inventaire des pièces).

Nous nous proposons de rendre compte régulièrement, sur ce site, de l’avancement de nos travaux sur l’édition de la Controverse et sur les thématiques retenues.