Fermer

Association francophone d’histoire de la construction

Assemblée générale, 29 juin 2015

 Institut national d’histoire de l’art, INHA, Salle Demargne, Rez-de-chaussée

Galerie Colbert, 18h

 

Présents (20) : Antonio Becchi, Philippe Bernardi, Inge Bertels, Gilles Bienvenu, Robert Carvais, Olivier de Chalus, Benjamin Egasse, Bernard Espion, Emmanuelle Gallo, Béatrice Gaillard, Alberto Grimoldi, André Guillerme, Catherine Isaac, Maxime L’Héritier, Léonore Losserand, Julien Puget, Linnea Rollenhagen Tilly, Valérie Nègre, Hélène Rousteau-Chambon, Sandrine Victor.

Excusés (4) : Léda Dimitriadi, Guy Lambert, Emilie d’Orgeix, Stéphane Sire.

Ordre du jour

1/- Etat du site de l’association et adhésions

2/- Rapport financier

3/- Rapport sur l’histoire de la construction

4/- Relations avec l’Association sœur AHA (ex AFHA)

5/- Création d’une Revue d’histoire de la construction

6/- Dictionnaire historique de la construction

7/- Prochain Congrès francophone d’Histoire de la construction

1/- Etat du site de l’association et adhésions :

R. Carvais présente l’état des adhésions et les questions liées au site de l’association.

– Les adhésions sont en progression. L’association compte désormais cinquante membres qui se répartissent entre 7 nationalités (36 Français, 6 Belges, 2 Suisses, 2 Portugais, 2 Italiens, 1 Allemand, 1 Espagnol) et selon les statuts suivants : 22 universitaires, 14 écoles d’architecture, 8 chercheurs, 4 doctorants, 2 conservateurs.

R. Carvais souligne la nécessité de développer le nombre de doctorants au sein de l’Association.

– Une question se pose. Tous les membres du CA ne sont pas à jour de leur cotisation, malgré la lettre qui leur a été envoyée. Un membre du CA peut-il ne pas être adhérent ?

A. Grimoldi : suggère d’envoyer une deuxième lettre.

Il est décidé que si malgré cette seconde lettre, les membres du CA n’adhèrent pas à l’Association, il leur sera envoyé un courrier leur indiquant l’impossibilité de se maintenir au CA. De manière unanime, l’assemblée estime souhaitable que les membres du CA soient avant tout actifs et qu’une non-adhésion doit être considérée comme un signe d’inactivité à l’égard de l’association.

– R. Carvais évoque les problèmes techniques posés par l’inscription sur le site. Les quelques bugs devront être réglés. Il est décidé de modifier les dates d’appel à cotisation. Un message sera automatiquement adressé aux adhérents les :

1er décembre

15 janvier

15 février

Les adhérents disparaîtront de l’annuaire le 28 février si aucune cotisation n’a été réglée.

Il est rappelé que les adhésions fonctionnent sur la base d’une année civile.

A. Becchi propose de rappeler aux membres que l’inscription sur trois ans est préférable.

V. Nègre: évoque la possibilité d’avoir une cotisation commune entre l’Association des historiens de l’architecture et l’AFHC. Il est décidé de proposer à l’AHA une adhésion commune à 40€ et 25€ pour étudiants. L’idée de cette proposition est de suggérer une communauté d’intérêts des deux associations, d’éviter une concurrence.

R Carvais précise que les directions des deux associations se sont déjà rencontrées pour évoquer ce même sujet et ont toujours eu l’intention de ne se présenter que comme deux associations sœurs.

R. Carvais évoque la question de la gestion du site, confiée à Béatrice Gaillard. Une adresse a été créée (webmaster@histoire construction.fr), c’est à cette adresse que les adhérents devront envoyer leurs annonces. De son côté, Béatrice doit préparer un document précisant ce qu’il faut lui fournir.

Nègre interroge Béatrice à propos d’un courrier qui pourrait être envoyé aux membres pour signaler les nouveautés (sur le modèle de ce que fait Pascal Fort pour le Blog de l’UMR AUSSER). Béatrice Gaillard y est favorable. Elle note que pour l’instant il y a peu de nouveautés cependant.

A. Becchi estime qu’une Newsletter pourrait attirer des adhérents.

B. Gaillard propose de faire moissonner notre cite par Hypothèse.org et Calenda, et également de demander la création d’un mot clé « Histoire de la construction », comme Emmanuel Château a proposé de le faire pour « Histoire de l’architecture ».

V. Nègre : propose de transmettre les nouvelles à d’autres associations « sœurs » (comme l’APAHAU, Association des professeurs d’archéologie et d’histoire de l’art des universités par exemple) et que soit mise en place, ainsi, une diffusion conjointe des informations. A. Guillerme ajoute la SFHST (la Société française d’histoire des sciences), SHOT (Society for the History of Technology) et ICOTEC (International Committee for the History of Technology).

V. Nègre propose de créer une rubrique « Recherches en cours » pour annoncer les travaux des étudiants. S. Victor mentionne la possibilité de réaliser des films dans lesquels les étudiants présentent leur thèse, du type « Ma thèse en 180 secondes ». A. Becchi propose d’aller plus loin : créer un lieu spécifique, sur le site, pour les étudiants. V. Nègre propose de demander à la personne qui a fait le site combien cela coûterait de créer un espace pour que les étudiants présentent leur thèse par le biais d’un texte ou d’un film.

2/- Rapport financier :

R. Carvais évoque les difficultés rencontrées pour changer de trésorier auprès de l’organisme financier qui gère les avoirs de l’association. Il présente le rapport financier.

Etat du compte : 40 850 €

Dépenses effectuées :

3000 €, soutien au 5 ICCH

696 € voyage à Cambridge de la direction de l’Association

137 € Sandrine pour réunion revue.

199 € Apéritif pour la délégation française à Chicago (5ICCH)

720 € relecture et correction du rapport européen « Histoire de la construction »

Dépense à venir :

5 000 € pour la publication des actes du Deuxième congrès francophone d’histoire de la construction (2CFHC). Cette somme est destinée à la relecture du manuscrit. Il est décidé de demander un devis prévisionnel détaillé de la publication à François Fleury. Et à l’avenir, il est proposé d’associer l’adhésion à l’AFHC à l’aide financière pour les Congrès francophones d’histoire de la construction dès le prochain qui devrait avoir lieu à Nantes (3CFHC).

3/- Rapport sur l’histoire de la construction :

R. Carvais présente le rapport L’histoire de la construction, Un méridien européen, consultable sur le site de l’Association

(http://www.histoireconstruction.fr/rapport2015/).

L’ouvrage papier doit être retravaillé pour être publié. Chacun est invité à faire des remarques.

4/- Relations avec l’Association sœur AHA (ex AFHA)

Sont ensuite évoquées les relations avec l’association sœur AHA et la possibilité d’une mutualisation des services et d’une adhésion commune moins chère (cf. plus haut). R. Carvais rend compte de sa rencontre avec J.-B. Minnaert, président de l’AHA, qui s’est déroulé dans un esprit de respect mutuel, de mutualisation et de non empiètement à l’égard des champs d’activités de chacune des associations.

A. Guillerme et A. Becchi proposent pour leur part d’organiser un prix de la thèse (et/ou du livre) conjointement (chaque association attribuant un prix).

5/- Création d’une Revue d’histoire de la construction :

R. Carvais informe les membres des réflexions du groupe de travail qui s’est réuni deux fois (comptes rendus sur le site).

Etat des lieux et caractéristiques : Il est attesté un potentiel évident pour la création d’une autre revue d’histoire de la construction, à côté de la britannique. Elle serait multilingue (5 langues européennes), en ligne avec la possibilité d’un tirage limité papier dont le coût resterait à évaluer.

Organisation : Il insiste sur la nécessité de mise en place d’un comité scientifique (personnalités garantes), d’un comité de lecture (personnalités disponibles couvrant les disciplines, les temporalités et les langues qui pourraient être complété par des personnalités ad hoc le cas échéant) et d’un comité éditorial (assurant la direction et la fabrication de la revue). Les missions de ces trois comités seraient à définir précisément.

Les deux secrétaires de rédaction, cheville ouvrière entre les auteurs et la revue, faisant partie du comité éditorial, seraient Sandrine Victor et Maxime l’Héritier.

Ligne éditoriale et contenu : soit thématique (comme l’AHA), soit généraliste qui semble plus probable pour nous. Rubriques (articles de fond longs et courts) plus d’autres formes de contributions (interviews, traductions, sources, controverses, débats d’humeur, films) et compte-rendu (livres, articles, thèses, expositions, relecture d’ouvrage classiques, projets en cours)

Modalités pratiques : 2 numéros par an pour au bout de deux ans rejoindre revue.org.

Emmanuel Château a été sollicité pour évaluer les solutions pratiques de fabrication de la revue en ligne. Son rapport est joint au compte-rendu d’une des réunions spécifique pour la revue. Il préconise la création d’une charte graphique (coût estimatif : 2 000 à 3  000 €) et la formation des deux secrétaires de rédaction à XML-TEI : 800€ /chacun.

A. Becchi pense qu’il faut demander à la communauté des articles, car il y a de nombreux travaux intéressants. Il convient d’aller au-devant des recherches en cours de qualité. Selon lui, l’organisation des articles doit se faire d’un point de vue thématique.

S. Victor s’engage à transmettre des normes simples sans tarder. Elle informe l’assemblée que Marion Foucher est d’accord pour faire un article et qu’elle a contacté deux autres étudiants autour du thème de la pierre. Sandrine insiste sur l’ergonomie du site et en particulier la consultation facile des tables des matières. Et aussi sur la dimension novatrice d’une revue en ligne par rapport à une revue papier.

Alberto Grimoldi pense qu’il convient de débuter avec une revue papier et propose de faire appel aux membres de l’association pour des contributions thématiques. Il convient également de penser l’aspect général de la revue (longueur des articles, illustrations).

André Guillerme souligne que l’objectif de la revue est aussi pédagogique. La revue devrait donner sur un thème des éléments essentiels, un état des lieux, une bibliographie spécifique

Ph. Bernardi va dans le même sens. Il conviendrait de prévoir des éditoriaux historiographiques, problématisés.

I. Bertels s’assure de la qualité de la revue par le système académique de contrôle du peer reviewing (soumission des articles rendus anonymes à deux membres du comité de lecture).

R. Carvais informe que la question de la discipline de rattachement de la revue est importante car le jour où nous voudrons faire reconnaître la qualité de la revue par les instances académiques françaises (AERES), nous devrons choisir une discipline déjà existante (qui n’est ni l’histoire de la construction, ni même l’histoire de l’architecture) comme l’histoire de l’art, pour soumettre la revue à une instance composée d’historiens de l’art. Le choix de la commission n’est pas anodin.

6/- Dictionnaire historique de la construction :

Le titre initial de « Dictionnaire d’histoire de la construction » a été modifié à la demande d’André Guillerme. La nature du projet est ainsi transformée. R. Carvais informe les membres des réflexions du groupe de travail.

Deux réunions du groupe d’adhérents intéressés (peu de présents en réalité) ont débattu sur le protocole éditorial, la structure des notices, l’étymologie des mots, le vocabulaire disparu, l’organisation des entrées, le public lecteur d’un tel dictionnaire (Hélène Vacher pense qu’il faut couvrir surtout le contemporain car l’histoire intéresse peu), plutôt viser les constructeurs que les historiens, l’utilité de l’ouvrage (spécialiste ou non spécialistes), les limites temporelles et géographiques du dictionnaire, la question des transferts culturels. Le Dictionnaire comporterait un Comité éditorial peu nombreux et souple : enseignants, chercheurs, professionnels (architectes, ingénieurs, entrepreneurs) à partir des membres de l’Association essentiellement qui se réunirait deux fois par an.

André Guillerme précise les finalités de son projet : dictionnaire historique de la construction et non d’histoire de la construction. Il souhaite rappeler les éléments et caractères de la construction et d’en faire leurs histoires épistémiques. Il estime que le dictionnaire doit avoir une importance du côté du patrimoine par rapport à la vision de l’histoire de l’art des bâtiments. Il élimine l’Antiquité en raison de l’existence du Ginouvès et le Moyen Age en raison du Dictionnaire de Viollet-le-Duc. Il propose des dates : XVIe-XXe siècle (pour faire suite au Dictionnaire de l’architecture de Viollet Le Duc), accessible par internet. Ce n’est pas une encyclopédie, ni une somme biographique, ni une rétrospective, ni un dictionnaire d’histoire de l’architecture. Il serait pluridisciplinaire, chronologique, bibliographique. Un Comité d’enseignants chercheurs et professionnels, (une douzaine de personnes) serait constitué pour relire les propositions. Il avance et possède actuellement 975 mots, environ 1000 mots. Il rapproche son projet du Dicobat.

R. Carvais estime qu’il serait souhaitable de définir plus clairement le projet et de mettre en forme un protocole plus technique, donner des indications précises pour les articles (protocole, articles longs ou courts, etc.) et préparer un comité éditorial.

Ph. Bernardi pense que le plus important est la liste de mots ou plutôt la façon dont on entreprend le sujet, le type des mots choisi comme entrée. Il suggère que le traitement des mots oubliés ou que ceux qui n’occuperaient qu’une simple définition soient traités à l’intérieur de notices conséquentes avec index de renvoi à la fin du Dictionnaire.

Alberto Grimoldi estime que plutôt que le Dictionnaire de Viollet Le Duc, la référence devrait être le Dictionnaire technologique de Lenormand.

André Guillerme propose d’ouvrir son dictionnaire à l’Europe, ce qui implique des participants d’autres pays.

R. Carvais rappelle que pour réunir les intéressés, il convient de proposer un doodle avec plusieurs dates possibles de réunions. L’association attend donc un projet structuré et le retour des prochaines réunions qui doivent avoir lieu avec les intéressés.

7/- Prochain Congrès francophone d’Histoire de la construction

R. Carvais informe l’assemblée que les projets de congrès en Algérie et en Suisse n’ont pas aboutis. Le 3e Congrès francophone d’histoire de la construction se fera à Nantes.

Les organisateurs, membres de l’association : H. Rousteau Chambon et G. Bienvenu prennent la parole pour présenter le projet. J.-M. Guillouët qui n’a pu être présent s’associe au projet.

G. Bienvenu précise qu’un pré-projet a été établi et différents contacts pris avec des laboratoires  qui seraient associés au projet : à l’Ecole d’architecture le laboratoire « Ambiance, Architecture Urbanité », UMR bi-site Nantes et Grenoble (A Nantes, l’équipe se nomme CRENAU qui regroupe des chercheurs de l’Ecole Centrale) (Fusion des ex- CERMA, LAUA et GERSA), à l’Université de Nantes le LARA (UMR Rennes et Nantes sur l’archéologie et l’histoire de l’architecture et art) et le Centre François Viette (dirigé par Jean-Louis Keranton). Une réunion des équipes organisatrices est prévue mercredi 1er juillet.

Les dates et le lieu sont fixés : ENSA de Nantes, 21-22-23 juin 2017.

Il a été décidé de proposer des thématiques à aborder ; certaines liées à Nantes (ports fluviaux, les aménagements portuaires) ou par exemple, la femme architecte ou constructeur, etc. V. Nègre propose de réfléchir à d’autres thèmes nantais, le tuffeau, les fondations en milieu humide, l’impact de la charpente de bateau sur la construction, l’impact de l’estuaire dans sa totalité.

R. Carvais rappelle qu’il faut chercher des financements et que l’AFHC propose une aide à la publication. Il félicite l’équipe de Nantes d’avoir réagi vite et avec beaucoup de dynamisme.

I. Bertels insiste sur le fait qu’il serait mieux (pour des raisons académiques) de publier les actes au moment du Congrès. H. Rousteau souligne que l’on perd les discussions et les remarques faites lors des présentations orales. V. Nègre propose de prévoir une publication dans l’année. Cela doit se négocier avec l’éditeur.

Le fait que l’AERES oblige à publier rapidement ne doit pas nous faire oublier que nous sommes militants pour d’une part publier de vrais livres et non des rapports et d’autre part faire en sorte que l’histoire de la construction puisse être reconnue parce que publiée par un éditeur reconnu.

Alberto Grimoldi souligne l’importance de prévoir des critères déterminants et précis afin que le conseil scientifique soit en mesure de choisir à bon escient les propositions de communications.

Aucune question nouvelle n’étant soulevée, la séance est levée.